Organismes du nommage


1 Qui gère les TLD ?
 

Les TLD (Top-Level Domain) sont les domaines de premier niveau. Dans l'arbre de nommage, ils sont situés juste en dessous de la racine (voir le cours sur l'arborescence). Leur structure et les modalités de leur délégation de gestion sont traités dans la RFC 1591.

Les TLD peuvent être subdivisés en deux catégories : les domaines de premier niveau nationaux ou ccTLD (country-code TLD) et les domaines de premier niveau génériques gTLD (generic TLD).

Les ccTLD sont codés avec deux lettres suivant le code ISO 3166 de chaque pays (exemples : fr pour la France, it pour l'Italie, sn pour le Sénégal, etc...). L'attribution d'un nom de domaine au sein d'un ccTLD est du ressort de l'institution à qui cette mission a été confiée; cette attribution est effectuée en fonction de règles et conditions qui varient de pays à pays.

La liste des ccTLD peut être trouvée aux URL :
http://www.iana.org/cctld/cctld.htm et http://www.icann.org/cctlds/ ;
l'URL http://www.iana.org/cctld/cctld-whois.htm ,elle, contient les contacts des ccTLD.

Les domaines génériques permettent de regrouper des domaines de second niveau en fonction de la nature et des secteurs d'activité des entités qui en effectuent l'enregistrement (exemples: com pour les entreprises, edu pour les établissements du secteur de l'éducation U.S., org pour les organisations et en général pour ce qui n'est pas classable ailleurs, etc...).

Afin de désengorger le gTLD .com d'une part et de régler dans une certaine mesure le problème d'homonymie d'autre part, l'ICANN a selectionné en novembre 2000 sept nouvelles extensions dont quatre génériques et trois sectorisées (une charte régit leur attribution) codés sur 3 lettres ou plus. Ces extensions ont été lancées en 2001/2002 :

aero pour les entreprises du secteur de l'aéronautique ;
biz pour les entreprises commerciales ;
coop pour les coopératives ;
info pour les entreprises spécialisées dans l'information (mais ouvert sans restriction à tout public) ;
museum pour les musées ;
name pour les individus ;
pro pour les professions libérales.

La base IANA d'ICANN http://www.iana.org/gtld/gtld.htm contient la liste des gTLD "traditionnels" ainsi que leurs registres associés (organismes chargés d'attribuer des noms de domaine sous ces gTLD) ; la ressource http://www.icann.org/tlds/ contient quant à elle la liste des nouveaux gTLD.

Jusqu'en 1998, la délégation de gestion d'un TLD était du ressort de l'IANA (Internet Assigned Numbers Authority); depuis lors, cette fonction est dévolue à l'ICANN (Internet Corporation for Assigned Names and Numbers).

Parmi les gTLD, un domaine occupe une place particulière: le domaine arpa (Address and Routing Parameter Area), un TLD codé sur 4 lettres et dont l'utilisation est définie dans la RFC 3172 (BCP 52). Un exemple d'utilisation de ce domaine est la résolution inverse, traitée dans le cours sur l'arborescence de cette séquence.


 


  La signification première de ARPA est bien Advanced Research Project Agency. Avec l'avènement du système DNS et dans le contexte de celui-ci, cette autre signification a été attribuée à cet acronyme.




2 Qui alloue les adresses IPv4 ?
 

Les adresses IP sont attribuées par des organismes agréés par l'ICANN (par l'IANA dans le passé). L'ICANN délègue des pouvoirs d'attribution d'adresses IP à des registres régionaux (RIR : Regional Internet Registries); les RIR n'attribuent pas d'adresses IP aux utilisateurs finaux, mais à des registres locaux (LIR : Local IR). Les LIR qui sont en général des fournisseurs de service Internet (ISP : Internet Service Provider), se chargent de l'attribution d'adresses IP aux utilisateurs finaux (dont les ISP de petite taille).

Compte tenu de la pénurie actuellement d'adresses IP et en attendant le déploiement massif d'IPv6, les LIR s'efforcent d'attribuer aux utilisateurs finaux le nombre exact d'adresses dont ils ont besoin.

Il existe actuellement 3 RIR :
APNIC (Asia Pacific Network Information Centre) chargé de l'attribution d'adresses IP dans la zone Asie - Pacifique;
ARIN (American Registry for Internet Numbers) qui a en charge les Amériques et une partie de l'Afrique subsaharienne;
RIPE NCC (Réseaux IP Européens - Network Coordination Centre) qui a en charge l'Europe, le Moyen-Orient, l'ex-URSS et la partie de l'Afrique non couverte par ARIN.

Pour l'Afrique et l'Amérique Latine, deux registres régionaux sont en construction, notamment AfriNIC (African Regional Network Information Centre) et LACNIC (Latin American and Caribbean IP address Regional Registry).

La RFC 1466 définit les règles d'allocation des adresses IP aux RIR ainsi que des recommandations sur la politique d'allocation d'adresses aux LIR et aux utilisateurs finaux.

Sur la base d'un bilan portant sur les réserves d'adresses IP restantes, l'IANA a attribué les blocs d'adresses suivants aux différentes régions :
192/7 (192.0.0.0 - 193.255.255.255) à distribuer entre les différentes régions ; RIPE par exemple s'est vu attribué le bloc 193/8 ; en fait, ces blocs d'adresses correspondent dans une large mesure aux attributions qui ont été faites avant l'établissement du plan d'allocation par région comme préconisé par cette RFC ;
194/7 (194.0.0.0 - 195.255.255.255) pour l'Europe ;
198/7 (198.0.0.0 - 199.255.255.255) pour l'Amérique du Nord ;
200/7 (200.0.0.0 - 201.255.255.255) pour l'Amérique Centrale et l'Amérique du Sud ;
202/7 (202.0.0.0 - 203.255.255.255) pour la Région Pacifique ;
les blocs 196/7 (196.0.0.0 - 197.255.255.255), 204/7 (204.0.0.0 - 205.255.255.255) et 206/7 (206.0.0.0 - 207.255.255.255) quant à eux ont été réservés aux "Autres".

  Cette répartition est celle prévue par la RFC 1466 qui date de 1993. Les allocations réelles des adresses IPv4 sont consignées dans un document régulièrement mis à jour qui peut être consulté à l'URL http://www.iana.org/assignments/ipv4-address-spac .


Cette RFC a été mise à jour en 1996 et remplacée par la RFC 2050 (BCP 12).