Retour à la liste

Consultation dans le cadre du projet "améliorations de performance et de disponibilité"

lundi 09 mai 2011 00:00:00

Comme mentionné en début d'année, la version 1.2 de la chaîne d'enregistrement de l'AFNIC (prévue pour le 28 juin 2011 en production) est tournée principalement vers des améliorations de performance et de disponibilité. À ce titre, l'AFNIC souhaite recueillir vos commentaires et contributions sur certaines options, dans l'optique de définir les améliorations ayant le maximum d'impact positif pour vos opérations. Les deux axes définis sont : l'amélioration des codes retour en EPP, la mise à disposition éventuelle d'un canal automatisé de notification en cas de perturbations. Si vous souhaitez participer à la consultation, merci de nous retourner vos réponses à support@afnic.fr avant le 17 mai 2011.

1. Codes retour EPP En cas de perturbations de la chaîne d'enregistrement, le serveur EPP peut ponctuellement retourner des codes d'erreur qui ne sont pas optimaux par rapport au cas rencontré, comme par exemple un 2303 (Object does not exist) lors d'une opération domain:info alors que le domaine existe bien. Nous prévoyons de corriger autant que possible tous ces cas de figure, et de renvoyer soit un code 2400 soit un code 2500 dans ces situations. Les deux codes indiquent que la commande a échoué, mais le 2500 coupe en plus la session EPP. Vos commentaires : [ ] Il est à noter que les opérations domain:create pourront toujours ponctuellement retourner des codes 1001, par exemple en cas de charge trop importante du système pour une réponse synchrone dans un temps borné. La possibilité d'obtenir un code 1001 lors d'un domain:create est-elle source de problèmes ? Si oui, est-il préférable d'avoir un domain:create qui mette davantage de temps à répondre (jusqu'à obtenir un code 1000) et ce de manière non bornée ? D'autres suggestions ? Vos commentaires : [ ] 2. Canal automatisé de notification en cas de perturbations Indépendamment de l'amélioration des codes retour, nous cherchons à définir si une méthode automatisée de notification en cas de perturbations pourrait être utile, et si oui via quel canal. Voici quelques possibilités. Merci de bien vouloir nous indiquer votre (vos) préférence(s) et de faire d'autres suggestions éventuellement. a) via EPP soit sous la forme d'une nouvelle extension EPP (ou d'une mise à jour de l'extension frnic-1.1 actuelle) qui permettrait d'ajouter un message supplémentaire à toute réponse, indiquant que la chaîne d'enregistrement subit des perturbations, et aussi éventuellement le retour à la normale soit via une modification dans les données retournées lors d'une commande hello, à savoir au niveau du greeting du serveur EPP, une information dans le champ svID (texte libre), soit la présence d'une extension 'fantôme' dans le menu b) via IRIS soit sous la forme d'une interrogation spécifique de l'actuel service DCHECK, par exemple directement sur le domaine "fr" soit sous la forme de la définition d'une extension IRIS spécifique pour un service "SCHECK" c) via une interface SOAP ou REST spécifique, à définir   d) via un enregistrement dans le DNS, à définir Il est à noter que via ce canal de notification, plusieurs événements "perturbations"/"retour à la normale" pourront se succéder car ils seraient déclenchés même si un faible pourcentage des bureaux d'enregistrement sont concernés. Vos préférences : [ ] Vos commentaires : [ ]
Haut de page

A propos de l'AFNIC

Créée en 1997, l’Afnic - Association Française pour le Nommage Internet en Coopération - est une association à but non lucratif. Désignée par l'État pour gérer les noms de domaine en .fr, elle en assure la promotion auprès des entrepreneurs et des particuliers. Gestionnaire historique du .fr avec plus de 3,2 millions de noms de domaine à ce jour, elle se positionne également comme fournisseur de solutions techniques et de services de registre : elle accompagne ainsi 14 projets de nouveaux domaines Internet de premier niveau dont le .paris et le .bzh. L’Afnic est implantée à Saint-Quentin en Yvelines : 80 personnes travaillent ainsi à ce bien commun qu’est l’Internet français. L’Afnic reverse 90% des bénéfices du .fr à la Fondation Afnic pour la solidarité numérique, qui finance des projets internet solidaire sur l’ensemble du territoire français. www.afnic.fr.