8 astuces pour bien choisir son nom de domaine

28 janvier 2016 - Par Olivier Mokaddem

Bien choisir son nom de domaine

La question de départ : qu’est-ce qu’un nom de domaine simple ?

Le problème semble évident. D’ailleurs tout le monde a un avis sur la question : « un nom de domaine simple, c’est un nom facile à retenir » ou bien « Un nom de domaine simple, c’est un nom court ». Le problème, c’est que quand on a dit ça, on n’a rien dit.

D’abord, parce que certaines questions sont des arbres qui cachent la forêt : c’est quoi un nom de domaine facile à retenir ? Est-ce que vous pouvez en donner une définition claire ? Baser la mémorisation sur des critères objectifs ?

Ensuite, parce que certaines explications sont beaucoup moins évidentes qu’il n’y paraît. Par exemple, « khgfl.com » est un nom de domaine court. Est-il simple pour autant ? On sent bien que plusieurs variables interagissent pour décider de la complexité du nom.

Enfin, parce que tant qu’on n’a pas fait des mesures objectives et qu’on n’a pas passé les résultats au crible de  la statistique, on reste dans la croyance. La mesure est une de ces choses précieuses qui sépare la science de l’opinion.

L’Afnic a donc décidé de soumettre le problème à l’agence Fast & Fresh afin d’obtenir des résultats objectifs permettant aux jeunes entrepreneurs de fonder leur choix de nom de domaine de façon efficace et leur apporter quelques astuces dans le choix de leur nom de domaine.

Qui a réalisé cette étude ?

Olivier Mokaddem, le fondateur de l’agence Fast & Fresh, une agence d’UX, de Stratégie Consommateur et d’Ergonomie qui travaille pour des grandes marques d’E-commerce, de Luxe et de Banque, mais aussi auprès de plusieurs incubateurs parisiens pour aider les Startups Innovantes à décoller.

Afin de garantir des résultats fiables et pas des approximations, Fast & Fresh a travaillé avec son équipe de Psychologues Cognitivistes de l’Université Montpellier 3 (Laboratoire Epsylon) pour construire le protocole de test et mener l’analyse statistique des données.

Le protocole de test

a) Fondement théorique :

Un nom de domaine est un mot, analyser la complexité d’un nom de domaine revient donc à analyser la complexité d’un mot, sujet largement étudié en Psychologie Cognitive par des chercheurs comme Ferrand.

Les recherches pointent différentes dimensions pour expliquer la complexité d’un mot. Parmi lesquelles :

  • La longueur du mot : « vert » sera traité plus vite qu’« anticonstitutionnellement » (quoique certains modèles semblent prendre des options plus nuancées sur ce sujet)
  • L’entrainement : « vert » est plus usité et plus connu que « prophylaxie » et sera donc traité plus vite
  • La valeur sémantique : « deuxfoismoinscher » fait très sens dans un contexte e-commerce et sera plus vite traité et mieux mémorisé qu’« ataraxie » qui n’a rien à voir ou que « anéo » qui n’a pas de sens
  • La dégradation visuelle : « vert » sera plus vite traité que vErT
  • La saillance : «les radins » risque d’être mieux retenu que « le design » parce que les radins a une valence émotionnelle plus forte

b) Protocole de test

Nous avons donc choisi de faire une expérience modeste afin d’obtenir des résultats crédibles. Nous avons fait varier 3 dimensions particulièrement pertinentes pour un nom de domaine :

  • La longueur du mot : nous avons présenté aux utilisateurs des mots courts et des mots longs (exemple : « vert » vs « anémique »)
  • La sémantique du mot : nous avons présenté aux utilisateurs des mots (ex. : « bleu ») vs des non-mots réguliers, c’est à dire des mots sans sens, mais qui ressemblent à des mots normaux (ex. : « biret »)
  • La dégradation visuelle : nous avons présenté des noms de domaine sans tiret (ex. : « rouge ») vs des noms de domaine à tiret (ex. : vert-canard »)
  • Nous avons contrôlé des variables parasites telles que la saillance, la valence émotionnelle, l’entraînement, le contexte de présentation, les supports de présentation (mobile vs tablette vs ordinateur), l’âge, la connaissance des périphériques de saisie, le modèle de périphérique
  • Notre échantillon était de 36 utilisateurs
  • Nos mesures portaient sur les temps de lecture à l’écran et les temps de saisie au clavier. Nous avons également noté comment les utilisateurs expliquaient leurs stratégies de saisie.
  • Test statistique utilisée : L’analyse de variance

Quels résultats significatifs pour choisir votre nom de domaine ?

  • Résultat n°1 : les noms de domaine courts sont lus et saisis plus vite que les longs.

Astuce : privilégiez des noms courts.

 

  • Résultat n° 2 : plus le nom de domaine est court, plus il résiste au périphérique. En clair, un nom de domaine court sera saisi à la même vitesse que ce soit sur smartphone, tablette ou ordinateur. Ce qui n’est pas le cas des mots longs qui sont plus durs à taper sur mobile et tablette. En effet, les noms de domaine sont toujours plus faciles à taper au clavier de l’ordinateur.

Astuce : privilégiez les mots courts dautant plus que vous êtes consultés sur téléphone mobile.

 

  • Résultat n° 3 : les mots inventés (non-mots réguliers) n’influencent pas la vitesse de lecture. Ils sont lus aussi rapidement que des vrais mots

Astuce : ne craignez pas d’être créatifs avec des noms de domaine courts inventé!

 

  • Résultat n° 4 : les mots à tirets sont catastrophique en termes de saisie au clavier notamment sur mobile et tablette

Astuce : Évitez les tirets dans les noms de domaine, ils rallongent lecture et saisie.

 

  • Résultat n° 5 : si l’utilisation de tirets peut perturber la vitesse de saisie d’un nom de domaine, on constate qu’il a tout de même une utilité très importante quand les noms de domaine sont composés de plus de 2 mots clefs : « le-canard-bleu » est lu plus vite que « lecanardbleu »

Astuce : Si votre nom de domaine est long, utilisez une version avec des tirets pour vos supports de communication, mais prévoyez toujours un équivalent sans tirets.

 

  • Résultat n° 6 : plus le nom de domaine est long et moins l’extension est saisie.  La bascule de comportement se faisant autour de 7-8 caractères.

Astuce : essayez davoir un nom de domaine court. Si votre nom de domaine est long, pensez à bien lenregistrer sous plusieurs extensions.

 

  • Résultat n° 7 : Plus le nom de domaine est long et plus on aura tendance à saisir des mots clés dans un moteur de recherche plutôt que de le taper en intégralité.

Astuce : veillez à ce que le référencement naturel de votre site web corresponde bien aux mots clés utilisés dans votre nom de domaine, il se pourrait quon vous cherche de cette manière-là. Attention, certains utilisateurs vous retraduisent : ils tapent 5 au lieu de cinq ou bien vegan alors que vous vous appelez veggie.

 

  • Résultat n° 8 : L’extension .fr sert de filtre antibruit. Quand le nom de domaine est peu connu ou qu’il y a du bruit sur votre nom à l’international, les utilisateurs rajoutent .fr pour être sûr de tomber directement sur le site officiel en français sans faire d’erreur et sans devoir perdre du temps

Astuce : utilisez-le .fr comme filtre linguistique pour permettre à vos utilisateurs français de vous trouver sans problème.

 

Read this page in English Haut de page