Retour à la liste

Pénurie des adresses IPv4 : seulement 7.8 % des adresses IPv4 encore disponibles dans le monde

16 mai 2011

général

Saint-Quentin en Yvelines, le 16 Mai 2011 Les adresses IPv4 arrivent à saturation, certaines régions du globe frôlent la pénurie. Pour faire face à l’épuisement du stock, envisagé pour la fin de l’année, le déploiement d’un nouveau standard, IPv6, a débuté il y a quelques années. Etat des lieux.  

Les adresses IP sont les adresses attribuées à un ordinateur lorsque ce dernier se connecte à Internet. Or leur stock mondial s’épuise. En effet, le 4 février dernier, l’IANA - l’organisme de tutelle chargé de gérer l’espace d’adressage IP de réseau Internet - a délivré les  cinq derniers blocs d’adresses IPv4 à la zone Asie-Pacifique. Des adresses IPv4 rationnées en Asie-Pacifique A ce jour, l’Asie-Pacifique est la première région du monde touchée par la pénurie de ces adresses, et ce alors que cette dernière ne devait y être effective que dans quelques mois. En effet, l’essor des télécoms sur le continent le plus peuplé du monde a été plus rapide que prévu, conduisant le Registre Internet Régional asiatique, l’APNIC (Asia Pacific Network Information Center) à rationner les dernières adresses IPv4. Et encore un an de stock d’adresses IPv4 en Europe Ce sont les RIR qui distribuent les adresses IPv4 aux  FAI, aux hébergeurs et aux opérateurs en fonction de leurs demandes. Ces derniers les octroient ensuite à leurs clients et abonnés. Le Registre Internet Régional  d’Europe dispose lui encore d’adresses IPv4 pour probablement moins d’un an. Néanmoins, à l’instar de ce qui se passe en Asie, le RIR  Europe  devrait mener dans les mois à venir une politique d’attribution plus restrictive. Une alternative : le déploiement d’IPv6 L’alternative à la pénurie des adresses IPv4 repose sur le déploiement d’IPv6. Ce nouveau protocole permettra d’allouer de nouvelles adresses, soit plus de 340 sextillions d’adresses. Il permettra également de développer l’Internet des objets et de mieux sécuriser le réseau. En 2009, les attributions pour des adresses IPv6 ont bondi de 30 % au sein des cinq registres Internet régionaux. À propos de l'AFNIC (Association Française pour le Nommage Internet en Coopération) Association à but non lucratif, l'AFNIC est l'organisme chargé de la gestion administrative et technique des noms de domaine .fr et .re notamment, suffixes internet correspondant à la France et à l'Île de la Réunion. L'AFNIC est composée d'acteurs publics et privés : représentants des pouvoirs publics, utilisateurs et prestataires de services Internet (bureaux d'enregistrement). En savoir plus
Haut de page

A propos de l'AFNIC

L’Afnic est l’Association Française pour le Nommage Internet en Coopération. Elle est l’office d’enregistrement désigné par l’État pour la gestion des noms de domaine en .fr. L'Afnic gère également les extensions ultramarines .re (Île de la Réunion), .pm (Saint-Pierre et Miquelon), .tf (Terres australes et antarctiques Françaises), .wf (Wallis et Futuna) et .yt (Mayotte).
Outre la gestion des extensions françaises de l'internet, le rôle de l'Afnic s’inscrit dans une mission d’intérêt général plus large, qui consiste à contribuer au quotidien, grâce aux efforts de ses équipes et de ses membres, à un internet sûr et stable, ouvert aux innovations et où la communauté internet française joue un rôle de premier plan. Ainsi, l’Afnic, association à but non lucratif, reverse 90 % de ses bénéfices à sa Fondation pour la solidarité numérique. L’Afnic est également l’opérateur technique de registre d’entreprises et collectivités ayant choisi d’avoir leur propre extension, telle que .paris, .bzh, .alsace, .corsica, .mma, .ovh, .leclerc ou .sncf.
Fondée en 1997 et basée à Saint-Quentin-en-Yvelines, l’Afnic compte aujourd'hui 80 collaborateurs.