Header par default défaut

Lexique Afnic

Accueil > Lexique

Définitions des termes et sigles utilisés sur le site web www.afnic.fr

 

Adresse IP

« Adresse Internet Protocol » appelée aussi « Adresse internet »

Adresse permettant d’identifier de façon unique un matériel lorsqu’il est connecté au réseau (ordinateur, objet communicant, téléphone mobile, etc.). Cette adresse est composée d’une suite de chiffres.

Exemple : 192.134.4.35

Voir aussi : Internet Protocol (IP), IPv4 et IPv6.

 

AFRINIC

Organisation à but non lucratif chargée d’attribuer et de gérer les listes d’adresses IP pour la zone Afrique. L’AFRINIC fait partie des cinq centres internet régionaux (en anglais « Regional Internet Registries » [RIR]) assurant la coordination administrative et technique des fonctions adressage et routage à travers le réseau (attribution d’adresses IP, numéros AS).

Les autres RIR: ARIN, APNIC, LACNIC, RIPE NCC.

www.afrinic.net

 

APNIC

Asia Pacific Network Information Center

Organisation à but non lucratif en charge des ressources IP pour les zones Asie et Pacifique.

APNIC est l’un des cinq centres internet régionaux (en anglais « Regional Internet Registries » [RIR]) qui existent dans le monde. Il assure la coordination administrative et technique des fonctions adressage et routage à travers le réseau (attribution d’adresses IP, numéros AS).

Les autres RIR : ARIN, LACNIC, RIPE NCC, AFRINIC.

www.apnic.net

 

ARIN

American Registry for Internet Numbers

Organisation à but non lucratif chargée d’attribuer et de gérer les listes d’adresses IP pour les zones Amérique du Nord et une partie des Caraïbes. L’ARIN fait partie des cinq centres internet régionaux (en anglais « Regional Internet Registries » [RIR]) assurant la coordination administrative et technique des fonctions adressage et routage à travers le réseau (attribution d’adresses IP, numéros AS).

Les autres RIR : APNIC, LACNIC, RIPE NCC, AFRINIC.

www.arin.net

 

ASCII

American Standard Code for Information Interchange

Système de codage normalisé sur 7 bits (de 0000000 à 1111111) des caractères alphanumériques basé sur un jeu de 128 caractères les plus couramment utilisés par la langue anglaise américaine et dans ses applications informatiques.
Les accents propres à chaque langue, comme ceux du français, sont pris en charge par des extensions ISO du code ASCII (telle qu’ISO8859-1 pour le français).

 

Backbone

Réseau généralement haut débit réalisant l’interconnexion de plusieurs sous-réseaux et constituant un point de passage important dans un réseau.

Synonymes : « dorsale de réseau » ; « réseau fédérateur ».

 

 

BIND

Berkeley Internet Name Domain ou Berkeley Internet Name Daemon

Nom du logiciel libre le plus couramment utilisé pour la mise en œuvre des protocoles DNS. BIND se compose de trois parties, un serveur de noms de domaine, un client capable d’interroger d’autres serveurs DNS et des outils techniques de test.

www.isc.org

 

Bureau(x) d’enregistrement

Un bureau d’enregistrement est un organisme (FAI, hébergeur, prestataire de service internet…) qui assure dans le cadre d’une prestation payante l’enregistrement et l’hébergement de noms de domaine auprès des gestionnaires (appelés registres) pour lesquels il est accrédité.

Acronyme : BE.

Synonyme : Registrar

À ne pas confondre avec : Registre.

Consulter l’annuaire des bureaux d’enregistrement pour. fr, .re, .yt, .pm, .wf et .tf

 

ccNSO

country code Names Supporting Organization

Assemblée consultative de l’ICANN réunissant des registres de domaine géographique de 1er niveau (ccTLD).

Le ccNSO a pour mission d’élaborer et de proposer au conseil d’administration de l’ICANN une politique de gestion commune adaptée aux besoins des ccTLD.

http://ccnso.icann.org

 

ccTLD

country code Top Level Domain

Domaine (internet) géographique de 1er niveau. Les ccTLD, au nombre de 250 environ, ont été déterminés à partir de la table ISO 3166 relative aux codes nationaux en deux lettres.

Exemples : .fr pour la France,.jp pour le Japon,.de pour l’Allemagne…

Voir aussi : Top level Domain (TLD) et « domaine générique de 1er niveau » (generic Top Level Domain ou gTLD).

 

CENTR

Council of European National Top-level domain Registries

Créé en 1998, le CENTR regroupe un certain nombre de NIC (de la région Europe essentiellement) qui souhaitent réfléchir ensemble à la problématique de leur métier de « registre de ccTLD ». Cet organisme agit comme leur représentant et tend vers une position commune.

www.centr.org

 

Certificat

Document électronique qui atteste que son possesseur s’est soumis récemment à une procédure de vérification de son identité. Un certificat est valide pour une durée limitée et se renouvelle régulièrement.

 

 

Cookie

Petits fichiers textes générés par un serveur web à l’occasion de la visite d’un site et stockés dans les dossiers de travail du navigateur Web. Ils permettent de conserver la trace de la visite d’un site ou de conserver, d’une session à une autre, les réglages d’affichage personnalisé de l’utilisateur.

 

Cryptage

Méthode qui assure la confidentialité des données en remplaçant chaque information par un code que seuls l’émetteur et le destinataire connaissent (la clé privée de cryptage) et une autorisation de décodage qui permet d’y accéder (le certificat public). L’Afnic utilise cette technique pour protéger les données de ses adhérents.

 

Cybersquatting ou cybersquattage

Action qui consiste à enregistrer un nom de domaine de façon abusive : le nom enregistré correspond à une marque notoire, une société reconnue… sur laquelle le déposant n’a aucun droit. Les buts de ces enregistrements frauduleux sont de plusieurs ordres :

  • revendre ou marchander le nom de domaine auprès de la marque ou de la société légitime ;
  • bloquer l’accès au nom à la marque ou à la société légitime ;
  • nuire à l’image de la marque ou de la société légitime en associant par exemple au nom de domaine un site web pornographique ;
  • profiter de la notoriété pour drainer du trafic sur le site web utilisant le nom de domaine.

 

Déni de service distribué (dDoS)

Forme élaborée du DoS impliquant plusieurs milliers d’ordinateurs, en général dans le contexte d’un BOTNET ou roBOT NETwork : réseau d’ordinateurs « zombies » dont l’attaquant se sert à l’insu de leurs propriétaires grâce à des programmes malveillants diffusés via des vers se propageant d’une machine à l’autre.

 

Diacritique (signe)

Signe (accent, cédille, apostrophe, …) portant sur une lettre ou un signe phonétique afin d’en modifier la valeur. Pour les noms de domaine comportant des signes diacritiques, consultez notre page dédiée aux IDN.

 

DoT/DoH

DNS sur TLS (DoT) / DNS sur HTTPS (DoH)

DoT et DoH sont deux protocoles de sécurité pour chiffrer les requêtes et les réponses du système de noms de domaine (DNS).

DoT s’appuie sur le protocole TLS (Transport Layer Security), DoH sur le chiffrement HTTPS.

Voir aussi : DNS ; HTTPS ; TLS.

 

DNS

Domain Name System (or Service): littéralement Système (ou Service) de Noms de Domaine

Base de données distribuée permettant d’enregistrer les ressources internet (ordinateur, routeur…) sous la forme d’un nom de domaine (ex : afnic.fr) et de leur faire correspondre une adresse IP.

Le protocole internet assure ainsi la conversion entre les noms de domaine et les n° IP des machines reliées à l’Internet. Sans le DNS, il faudrait mémoriser l’adresse d’un site ou une adresse électronique sous la forme de l’adresse IP du domaine (qui est une suite de chiffres. Exemple : mon-correspondant@[192.134.4.35] !

 

visuel arborescence DNS

 

DNSSEC

Domain Name System Security Extensions

Extension sécurisée du protocole DNS ayant pour fonction de garantir l’identité du domaine racine (par ex. : .fr) et l’intégrité des enregistrements DNS afin d’éviter toute modification ou insertion malveillante de données DNS erronées.

Découvrez notre page dédiée à DNSSEC

 

Domaine

Désigne un ensemble de ressources ou services informatiques accessibles depuis internet ou au sein d’un réseau local par une racine de nom commune (par exemple « afnic.fr ») et selon un principe d’organisation en arborescence.

 

Ebone

Un des grands réseaux IP européens. Le terme est formé sur le mot « backbone ».

 

ENUM

TElephone NUmber Mapping

Le standard ENUM définit un protocole et une architecture basée sur le système des noms de domaine. Il permet de faire correspondre à des
numéros de téléphone (E.164) des identifiants de services de communication, avec un ordre de priorité : adresse électronique, URL de site web, adresse de serveur de téléphonie sur IP, messagerie vocale, autres numéros de téléphone, etc.

 

EPP

Extensible Provisioning Protocol

EPP est un protocole normalisé d’interface entre un registre et ses bureaux d’enregistrement.
Il permet d’automatiser sur une base standardisée et de façon sécurisée les opérations liées aux noms de domaine. Le protocole EPP est disponible pour toutes les extensions opérées par l’Afnic.

 

Espace (de nommage) français

Terme employé par l’Afnic pour désigner les domaines (ccTLD) dont la gestion lui est déléguée. Actuellement : .fr (France), .re (Ile de la Réunion), .pm (Saint-Pierre et Miquelon), .wf (Wallis et Futuna) et .yt (Mayotte).

 

Extension

Terme parfois utilisé pour désigner la dernière partie composant un nom de domaine.

Exemple : « .fr » dans « afnic.fr ».

Synonymes : Suffixe, TLD, ccTLD (type), gTLD (type).

 

Flux RSS

Voir : RSS.

 

FR (.FR)

ccTLD correspondant à l’espace géographique France, géré par l’Afnic.

Pout en savoir plus le .fr

 

G6

Groupe français des expérimentateurs d’IPv6.

http://g6.asso.fr/

 

GIX

Global Internet eXchange point

Noeud d’interconnexion entre prestataires Internet.

Exemple : le SFINX (Service of French Internet Exchange) à Paris.

 

gTLD

generic Top Level Domain

Domaine (internet) générique de 1er niveau.

Exemples :. com, .net,.org,..paris, .bzh, .alsace, …

Voir aussi : Top Level Domain (TLD)

 

HTTP

Hyper Text Transfer Protocol

Protocole de transmission de documents hypermédia (notamment web) qui gère indépendamment le téléchargement dans le cache du navigateur de tous les éléments de la page (textes, images, références à d’autres sites, vidéos, scripts, styles), puis la recomposition du document avant son affichage à l’écran.

 

HTTPS

Hyper Text Transfer Protocol Secure

HTTPS associe le protocole HTTP et une couche de chiffrement comme SSL ou TLS. HTTPS permet au visiteur de vérifier l’identité du site web auquel il accède, grâce à un certificat d’authentification émis par une autorité tierce, réputée fiable.

Voir aussi : certificat, HTTP, SSL, TLS.

 

IAB

Internet Architecture Board

Comité technique de concertation de l’ISOC chargé de coordonner les activités de standardisation et de recherche (IETF, Internet Engineering Task Force et IRTF, Internet Research Task Force) et notamment la supervision de l’architecture d’Internet, la publication des RFC et la gestion administrative des nombres, adresses et noms affectés pour le bon fonctionnement d’Internet (noms de domaine, numéros de systèmes autonomes, adresses IP…).

www.iab.org

 

IANA

Internet Assigned Numbers Authority

Créé aux débuts des années 1990, IANA a pour rôle de « préserver les fonctions de coordination centrale de l’internet dans l’intérêt de la communauté ». Ses missions sont désormais très réduites, la majorité d’entre elles ayant été reprises par l’ICANN, lors de sa création en 1998. Ainsi, on ne parle plus de l’organisme IANA mais de la fonction IANA, intégrée à l’ICANN. IANA continue de maintenir et de publier sur son site la base relative aux ccTLD.

www.iana.org

 

ICANN

Internet Corporation for Assigned Names and Numbers

Cette organisation a été créée en octobre 1998 à l’initiative du gouvernement américain. Sa mission a été de succéder au gouvernement américain dans l’administration de l’Internet. Elle doit traiter à ce titre des questions relatives aux noms de domaine, mais aussi aux adresses IP (numéros identifiant chaque machine sur l’internet) et aux protocoles permettant aux machines de communiquer entre elles.

www.icann.org/

 

IDN

Les noms de domaine (plus exactement, les noms de machine, car on réserve en général un domaine pour déclarer des machines) ne pouvaient traditionnellement être composés que de caractères ASCII. Les noms de domaine « internationaux » ou « internationalisés » sont des noms de domaine comportant d’autres caractères que les caractères ASCII (par exemple : caractères arabes, chinois, accentués). Ces noms de domaine ont été normalisés par l’IETF dans le RFC 3490.

 

IETF

The Internet Engineering Task Force

L’IETF fédère des groupes de recherche et développement travaillant sur les technologies et protocoles Internet. Constitué de volontaires, chaque groupe de travail a pour mission d’étudier un sujet particulier. L’IETF contribue ainsi au développement et à l’évolution de l’Internet et des technologies en définissant et en publiant des standards (RFC). L’IETF est
membre de l’ISOC.

www.ietf.org

 

IGC (infrastructure de gestion des clefs) ou Public Key Infrastructure

Voir : PKI

 

INPI

Institut National de la Propriété Industrielle

L’INPI est un établissement public, créé en 1951, placé sous la tutelle du Ministère de l’Économie, des Finances et de l’Industrie. Il délivre les brevets, marques, dessins et modèles et donne accès à toutes les informations sur la propriété industrielle des entreprises et des personnes en France.

www.inpi.fr

 

INRIA

L’Institut National de Recherche en Informatique et en Automatique (INRIA) est un organisme public de recherche dédié aux sciences et technologies numériques. Jusqu’en 1997, l’INRIA a assuré le service NIC France avant que celui-ci ne soit confié à l’Afnic à sa création en 1998.

www.inria.fr

 

INSEE

Institut National de la Statistique et des Études Économiques

L’INSEE collecte, produit et diffuse des informations sur l’économie et la société française afin que tous les acteurs intéressés (administration, entreprises, chercheurs, média, enseignants, particuliers) puissent les utiliser pour effectuer des études, faire des prévisions et prendre des décisions.

www.insee.fr

 

Internet

Désigne l’ensemble des réseaux interconnectés en des points multiples et utilisant le même protocole IP d’adressage et de communication, ainsi que le système de noms de domaines DNS. Le réseau Internet se caractérise par son indépendance vis-à-vis des types de machines (ordinateurs, objets communicants, systèmes de routage) et par son architecture décentralisée de type « toile d’araignée », conçu pour permettre à l’information d’emprunter plusieurs chemins pour aller d’un point à un autre.

 

INTERNIC

Internet Network Information Center

L’InterNIC est un projet soutenu par la NSF (National Science Foundation). Il avait pour mission originelle d’être un véritable centre international d’information et d’enregistrement pour l’ensemble de la communauté Internet. L’InterNIC a débuté ses opérations en avril 1993 et s’est entouré de plusieurs collaborateurs :

  • General Atomics prodiguait des services d’information sur le réseau jouant le rôle de NIC.
  • AT&T a apporté son savoir-faire en matière de base de données et d’annuaires.

Enfin, Networks Solutions, Inc.(NSI) a fourni le service d’enregistrement aussi bien des adresses IP que des noms de domaine génériques (« .com », « .net », « .org »).

InterNIC fournit actuellement uniquement des renseignements sur l’enregistrement des noms de domaine génériques. Le service d’enregistrement a été confié à la société NSI (racheté par la société Verisign) qui, indépendamment de l’InterNIC,
continue à fournir ce service.

www.internic.com

 

Interopérabilité

Capacité des ordinateurs ou de tous systèmes numériques à échanger de l’information entre eux sur une base commune ou à contribuer à la réalisation commune d’un service pour l’utilisateur. L’interopérabilité s’appuie fréquemment sur une norme ou un standard.

 

IP

Protocole de réseau commun à tous les équipements connectés à Internet. Ce protocole gère la transmission de l’information découpée en paquets entre un émetteur et un destinataire identifiés (dans l’entête du paquet) par un numéro IP unique. La transmission en elle-même s’effectue par commutation de paquets, c’est-à-dire que l’ordinateur, ou l’équipement recevant le paquet en est le destinataire, ou bien un nœud relais, chargé de le rediriger vers le destinataire ou un autre relais. IPv4 et IPv6 sont des versions de ce protocole.

 

IPv4

IPv4 est la version la plus utilisée à ce jour du protocole IP. La distinction de version s’effectue principalement sur le format des adresses IP, créées sur une base décimale de 4 séries de trois chiffres. Ce système, permettant de créer jusqu’à 4 milliards d’adresses uniques, est aujourd’hui saturé et progressivement remplacé par IPv6.

 

IPv6

IPv6 est la nouvelle version du protocole IP en cours de déploiement. Elle introduit un nouveau système d’adressage constitué de 8 segments de 4 caractères alphanumériques (hexadécimaux), permettant de disposer d’une réserve de 340 milliards de milliards de milliards de milliards d’adresses.

 

ISO

International Organization for Standardization, en français : Organisation internationale de normalisation

L’ISO est un réseau d’instituts internationaux de normalisation représentant 160 pays dans le monde. Il a pour mission d’établir des consensus sur l’interopérabilité des systèmes et des procédures sous la forme de normes et de standards internationaux.

www.iso.org

 

ISOC

Internet SOCiety

Association de professionnels qui s’intéresse à la croissance et à l’évolution de l’Internet dans le monde, sous différents aspects : utilisation de l’Internet, conséquences sociales, politiques et techniques.

www.isoc.org

 

ITU

International Telecommunication Union

Voir : UIT.

 

LACNIC

The Latin American and Caribbean IP address Regional Registry

Organisation chargée d’attribuer et de gérer les listes d’adresses IP pour les zones d’Amérique centrales, d’Amérique du Sud et une partie des Caraïbes. LACNIC est l’un des cinq centres internet régionaux (en anglais « Regional Internet Registries » [RIR]) qui existent dans le monde. Il assure la coordination administrative et technique des fonctions adressage et routage à travers le réseau (attribution d’adresses IP, numéros AS).

Les autres RIR : APNIC, ARIN, RIPE NCC, AFRINIC.

www.lacnic.net

 

LAN

En anglais : Local Area Networks

Réseaux locaux regroupant des ordinateurs généralement situés dans un bâtiment ou un même groupe de bâtiments et partageant un ou plusieurs groupes d’adresses IP privées.

Contraire : WAN (Wide Area Networks) désignant les réseaux longue distance.

 

NIC

Network Information Center

Terme générique désignant littéralement un centre d’information (sur le) réseau. L’Afnic a ainsi poursuivi les activités du « FR NIC » ou « NIC France ».

Les missions d’un NIC sont de plusieurs ordres :

La gestion technico-administrative du ou des TLD dont il a la charge. Les NIC sont pleinement autonomes dans toutes les décisions concernant la gestion de leur(s) propre(s) extension(s). Ils définissent de manière indépendante les conditions d’attribution de noms de domaine sous son extension (charte de nommage). Ils sont également responsables de la qualité de leurs services techniques et gèrent la base de données des noms de domaine sous leur(s) extension(s) (base Whois).

Selon les pays, un NIC peut-être seulement registre (gestionnaire d’une ressource) ou à la fois registre et bureau d’enregistrement (registrar), c’est-à-dire gestionnaire d’une ressource et vendeur de cette ressource dans un secteur concurrentiel.

Enfin, un NIC est un centre d’informations ouvert à tous prodiguant des informations et des ressources utiles à l’ensemble de la communauté Internet en s’adressant aussi bien à des débutants qu’à des personnes plus expérimentées.

 

Nom de domaine

Nom propre ou commun ou combinaison de mots servant à identifier de façon unique, mais facilement mémorisable une ressource internet telle qu’un site ou un serveur. À chaque nom de domaine correspond l’adresse IP du serveur hébergeant la ressource. Cette correspondance est assurée par les serveurs de noms de domaine (DNS).

Utilisé par l’ensemble des services (web, messagerie, etc.), un nom de domaine est constitué d’une suite de caractères et d’un suffixe, le Top Level Domain (TLD). Ce dernier peut être générique (.net, .com, .org, etc.) ou géographique (.fr, .re, .it, .ch).

 

Nommage

Politique d’attribution des noms de domaine, variable selon les organismes habilités à gérer leur espace internet. L’Afnic publie sa politique de nommage au travers un document nommé charte de nommage.

 

Norme

Ensemble de règles fixant les conditions de réalisation d’une opération, de l’exécution d’un objet ou de l’élaboration dont on veut assurer l’unité ou assurer l’interchangeabilité. Une norme est
force de loi (au contraire d’un standard) et est issue d’un organisme international ou national.

 

NSD (Name Server Daemon)

Une mise en oeuvre logicielle d’un serveur DNS faisant autorité. NSD est conçu pour des environnements de haute performance, entièrement compatible DNSSEC et tourne sous des variantes modernes d’Unix. Unbound est maintenu par les NLnet Labs. Le logiciel est distribué librement sous license BSD.

http://nlnetlabs.nl/projects/nsd/

 

Numéro IP

Voir : Adresse IP.

 

OHMI

Office de l’Harmonisation dans le Marché Intérieur

La mission de l’OHMI est l’enregistrement des marques communautaires et, dans un futur proche, des dessins et modèles communautaires.

https://euipo.europa.eu/ohimportal/fr/

 

OMPI

Organisation mondiale de la Propriété intellectuelle

En anglais, l’OMPI est désigné sous le sigle WIPO pour World Intellectual Property Organization.

L’OMPI a pour vocation de promouvoir l’utilisation et la protection des oeuvres de l’esprit, objets de propriété intellectuelle.

À noter : une des activités de l’OMPI est consacrée aux noms de domaine (UDRP).

www.wipo.int

 

ONS

Object Naming (or Name) Service

En français (littéralement) : Service de Nommage (ou « de Noms ») des Objets.

Norme standardisée conçue pour associer un nom et une description à l’identifiant numérique unique d’un objet communicant (tel qu’un matériel équipé d’une étiquette RFID). La norme ONS est basée sur les logiciels et les normes DNS.

 

OpenDNSSEC

Le nom d’un outil qui simplifie le processus de mise en œuvre et de maintenance de DNSSEC dans un environnement DNS quelconque. OpenDNSSEC prend en charge les tâches de gestion sécurisée de clés, de gestion du temps et de signature. La zone signée peut alors être servie par un serveur faisant autorité. OpenDNSSEC est développé dans le cadre d’un projet de coopération internationale, avec plusieurs participants. Le logiciel est distribué librement sous licence BSD.

http://www.opendnssec.org/

 

Paquet

Unité de transport de l’information sur les réseaux IP. Quelle que soit sa taille, l’information est segmentée en paquets, chacun étant enveloppé (ou encapsulé) dans un « en-tête » indiquant notamment les coordonnées de l’émetteur et du destinataire et des informations de contrôle de l’intégrité des données transportées.

 

 

PKI

Public Key Infrastructure ou IGC (Infrastructure de Gestion des Clés) ou encore ICP (Infrastructure à clés publiques).

Ensemble de matériels, logiciels et procédures qui permettent de créer, gérer et distribuer des certificats numériques attestant formellement de l’identité de leur porteur, que celui-ci soit une ressource informatique ou un individu.

 

Port

Identifiant numérique défini par le protocole TCP et permettant à un même ordinateur d’établir et de gérer, sur une même adresse IP, plusieurs connexions simultanées avec des ordinateurs distants.
Les serveurs de messagerie et de téléchargement FTP utilisent cette fonctionnalité en indiquant les ports : 25 ou : 21, à la suite du nom de domaine de la ressource contactée.

 

Primaire

Voir : Serveur primaire.

 

PARL – Procédures alternatives de Résolution des Litiges

Les « procédures alternatives de résolution des litiges » sont des systèmes extrajudiciaires mis à la disposition de ceux qui estiment qu’un tiers a porté atteinte à leurs droits en déposant un nom de domaine et/ou en l’utilisant d’une manière qui leur porte préjudice.

Il existe plusieurs procédures gérées chacune par un organisme différent.

 

Protocole

Convention précisant des règles et des spécifications techniques à respecter dans le domaine des télécommunications afin d’assurer l’interopérabilité des systèmes. De nombreux protocoles sont normalisés (reconnaissance nationale ou internationale).

L’intérêt d’un protocole est de définir des méthodes d’échange d’informations, indépendantes des matériels. Une fois le protocole défini, chaque terminal, ou client ou serveur développe ce protocole sans se soucier des autres ordinateurs.

 

Récursif

Voir : Serveur récursif.

 

Résolveur ou Resolver

Voir : Serveur récursif.

 

Racine

Root en anglais

Point de départ d’une arborescence.

Voir également : Serveur Racine.

 

RE (.re)

ccTLD correspondant à l’Île de la Réunion, opéré par l’Afnic.

Pour plus d’information, visitez notre page consacrée au .re !

 

Registrant

Terme parfois employé pour désigner le titulaire d’un nom de domaine, c’est-à-dire l’lntité (association, société, particulier…) à l’origine d’une demande d’enregistrement d’un nom de domaine.

Pour obtenir un nom de domaine, un registrant s’adresse le plus souvent à un registrar (bureau d’enregistrement) qui lui-même s’adresse à un registre (gestionnaire de la base de données), comme l’Afnic.

 

Registrar

Terme anglais traduit en français par Bureau d’enregistrement.

Voir : Bureau d’enregistrement.

 

Registre ou Registry

Entité (association, société,…) en charge de la gestion de la base de données des noms de domaine d’un TLD ou des adresses IP pour une région définie.

Exemples : l’Afnic est le registre du .fr et du .re ; RIPE NCC est le registre des adresses IP pour l’Europe.

 

RFC

Request For Comments

Documents rédigés par des experts à l’intention de la communauté technique d’Internet. Les RFC sont susceptibles de devenir, après un long processus de révision et de qualification, les standards qui régissent l’activité Internet.

 

RFID

Radio-Frequency IDentification

Standard de radio-identification au moyen de puces électroniques alimentées en électricité par induction. Ces étiquettes ou tags RFID contiennent des informations qui sont exploitées par les lecteurs RFID (quais de chargement, entrepôts ou rayons de magasins, etc…). Ces étiquettes constituent l’un des composants de l’Internet des objets.

Voir aussi : ONS.

 

RIPE

Réseaux IP européens

RIPE est un organisme collaboratif, fondé sur le volontariat. Il est ouvert aux individuels et aux organisations s’intéressant aux opérations et au déploiement du réseau IP dans une zone paneuropéenne comprenant l’Europe, une partie du Moyen-Orient, de l’Asie et de l’Afrique.

www.ripe.net

 

RIPE NCC

RIPE Network Coordination Centre

RIPE NCC est l’un des cinq centres internet régionaux (en anglais « Regional Internet Registries » [RIR]) qui existent dans le monde. Il assure la coordination administrative et technique des fonctions d’adressage et de routage à travers le réseau (attribution d’adresses IP, numéros AS).

Les autres RIR : APNIC, ARIN, LACNIC, AFRINIC.

www.ripe.net

 

RIR

Regional Internet Registries — En français : Registres Internet régionaux

Les ressources d’adressage et de routage de l’Internet — constituées par les adresses IP et les numéros AS — ont été réparties par l’IANA auprès de RIR.

Il existe actuellement cinq RIR : ARIN pour la zone Amérique du Nord ; APNIC pour la zone Asie-Pacifique ; LACNIC pour la zone Amérique du Sud — Caraïbe, RIPE NCC pour la zone Europe étendue et AFRINIC pour la zone Afrique.

Les RIR répartissent ensuite ces ressources auprès de Local Internet Registries (LIR = Registres Internet locaux) qui attribuent les adresses aux utilisateurs finaux.

 

Routage

Action qui consiste, au sein d’un réseau IP, à établir la route que devra suivre une communication ou un paquet de données en choisissant le chemin le plus court parmi tous les chemins possibles. Cette fonction est effectuée par un équipement spécifique appelé le routeur.

 

RSS

Rich Summary Site

Format XML de description des contenus d’un site web facilitant la reprise instantanée des contenus sans leur mise en forme par des sites partenaires (syndiqués). L’Afnic diffuse ses nouvelles, ses communiqués de presse, ses nouvelles opérationelles ainsi que son agenda par différents flux RSS.

Accéder aux différents flux RSS de l’Afnic

 

Serveur

Un serveur est un ordinateur de grandes capacités (puissance processeur, mémoire, disques durs) relié au réseau et ayant pour vocation de fournir un ou plusieurs services tels que, la messagerie, les noms de domaine, l’attribution d’adresses IP (DHCP), l’accès à des répertoires de fichiers, etc. Ces services sont « consommés » par d’autres ordinateurs ayant un accès direct par un réseau local ou indirect, par un extranet ou internet, et qui agissent en tant que clients.

 

Serveur DNS ou serveur de nom (s) (NS)

En anglais : Name Server (NS)

Serveur utilisé pour héberger les logiciels et les données nécessaires à la mise en correspondance des adresses IP et des noms de domaine pour les ordinateurs sous son autorité et les ressources Internet. Un serveur DNS remplit deux fonctions principales :

  • traduire en adresse IP le nom des serveurs dans son périmètre d’autorité
  • transmettre la demande à un serveur DNS ayant autorité dans le cas contraire

Il existe trois catégories de serveurs DNS, primaires, secondaires et récursifs.

 

Serveur primaire

L’un des trois rôles particuliers affectés à un serveur DNS

Un serveur est dit primaire d’une zone quand il obtient les informations de cette zone dans un fichier de configuration. Ce dernier fichier est écrit par un administrateur.

Le serveur primaire fait autorité sur la zone.

 

Serveur récursif

L’un des trois rôles particuliers affectés à un serveur DNS

Un serveur DNS récursif a pour mission d’explorer de façon récursive la hiérarchie des serveurs DNS lorsqu’il ne parvient pas à trouver le serveur DNS primaire faisant autorité pour le nom de domaine recherché.

 

Serveur racine ou serveur de noms de la racine

En anglais : Root (name) server

Le serveur racine est le point de départ de l’arborescence hiérarchique des noms de domaine. Il existe actuellement 13 serveurs de noms de la racine répartis dans le monde : ces serveurs hébergent les données permettant le bon fonctionnement du DNS et des services qui utilisent ce système : internet, courrier électronique…

 

Serveur secondaire

L’un des trois rôles particuliers affectés à un serveur DNS

Un serveur est dit secondaire d’une zone quand il obtient toutes les informations de cette zone d’un autre serveur dit serveur primaire. Il télécharge le contenu de la zone régulièrement afin de pouvoir prendre le relai du serveur primaire en cas d’incident. Le serveur secondaire fait autorité sur la zone.

 

SFINX

Service for French INternet eXchange

Crée en 1995 par le GIP RENATER, le SFINX est un GIX (Global Internet eXchange), ou point d’échange de trafic Internet, entre prestataires de services Internet ou opérateurs de télécommunications. SFINX permet d’échanger directement du trafic, sans transit et sans passer par des infrastructures internationales. Il y a des GIX dans la plupart des pays où l’Internet est développé. Ce sont eux qui permettent les interconnexions de réseaux grâce auxquelles est possible le maillage de l’Internet mondial.

 

Signe diacritique

Voir : Diacritique.

 

SOA

Start Of Authority

L’enregistrement SOA est l’acte de naissance d’une zone. Il contient un certain nombre de paramètres et de propriétés relatifs à la zone tel que le nom du serveur primaire pour la zone, l’adresse de courrier électronique du responsable technique de la zone, etc.

 

SSL

Secure Sockets Layer

SSL est un protocole de chiffrement destiné à assurer la confidentialité et l’intégrité des données échangées. Il certifie aussi l’identité du serveur émetteur des données.

Open SSL , TLS.

 

Standard

Ensemble de spécifications techniques et de règles requises pour assurer l’interopérabilité des dispositifs de communications ou des informations transmises sur internet.

 

Suffixe

Terme parfois utilisé pour désigner la dernière partie composant un nom de domaine : ex : .fr dans afnic.fr.

Voir aussi : Extension, TLD, ccTLD, gTLD.

 

Syreli

Entrée en vigueur depuis le 21 novembre 2011 pour les noms de donaine en .fr et en .re, la procédure de résolution de litiges Syreli a été ouverte en décembre 2011 pour tous les autres ccTLD opérés par Afnic ; à savoir :.tf ; .yt ; .pm ; wf.

Plus d’informations sur cette procédure sur www.syreli.fr

 

TCP

Transmission Control Protocol, en français : protocole de contrôle des transmissions

Protocole le plus couramment associé à IP (voir TCP-IP) fournissant les moyens de segmenter, d’organiser et de contrôler la transmission des informations sur un réseau en fonction des caractéristiques de celui-ci. Le protocole TCP s’assure notamment que tous les segments d’information ont bien été reçus et sont arrivés intacts.

 

TCP-IP

Transmission Control Protocol over Internet Protocol

Combinaison de protocoles (IP et TCP), ou « pile », qui constitue la base des échanges de données par commutation de paquets sur le réseau Internet. Le protocole IP se charge de transporter l’information à la bonne adresse par la route la plus courte, le protocole TCP a pour mission de construire les paquets de données et de vérifier que la transmission s’est déroulée comme prévu.

 

TLD

Top Level Domain

Domaine (Internet) de Premier Niveau. Il existe deux types de TLD : les ccTLD à caractère géographique (.fr, .de …) et les gTLD à caractère générique (.com, .biz…).

Voir aussi : Extension, suffixe.

 

TLS

Voir SSL.

 

Typosquatting

Action qui consiste à enregistrer un nom de domaine très proche d’un nom de domaine généralement fort connu. Les variantes s’appuient sur des fautes de frappe ou d’orthographe.

Exemples : wwwafnic.fr ou afinc.fr

Cette pratique abusive, assimilée à du cybersquatting, vise à capter le trafic du site notoire en tablant sur les erreurs de frappe que peuvent commettre les internautes.

 

UDRP

Uniform Domain-Name Dispute-Resolution Policy

Principes directeurs adoptés par l’ICANN (sur les recommandations de l’OMPI) et régissant le règlement uniforme des litiges relatifs aux noms de domaine.

Ils énoncent les clauses et conditions applicables à l’occasion d’un litige entre un tiers et toute partie (autre que l’unité d’enregistrement) au sujet de l’enregistrement et de l’utilisation
d’un nom de domaine.

Pour en savoir plus : consultez notre rubrique Résoudre un litige

 

UIT

Union Internationale des Télécommunications, ou ITU en anglais

Cet organisme de normalisation qui date de l’époque de la télégraphie (1865) est rattaché à l’Organisation des Nations Unies (ONU). Il est chargé de superviser l’organisation générale des télécommunications, de leur normalisation, ainsi que de répartir les fréquences radio.

 

Unbound

Nom d’un logiciel mettant en oeuvre un serveur DNS récursif et cache de haute performance. Unbound est conçu avec DNSSEC à l’esprit et tourne sur une large variété de plateformes comprenant BSD, Linux et Windows.
Unbound est maintenu par les NLnet Labs. Le logiciel est distribué librement sous license BSD.

http://unbound.net/

 

URL

Uniform Resources Locator

Syntaxe utilisée par le web pour spécifier la localisation physique d’un fichier ou d’une ressource sur l’internet. C’est en quelque sorte le descripteur du chemin d’accès à une ressource du web.

 

W3C

World Wide Web Consortium

Le Consortium World Wide Web (W3C) a été créé pour mener le web à son plein potentiel en développant des protocoles communs qui facilitent son évolution et
assurent son interopérabilité. C’est un consortium industriel international composé actuellement de plus de 500 membres. Le consortium est piloté conjointement par l’Institut National de la Recherche en Informatique et en automatique (INRIA) en France, l’Université de Keio au Japon, et le MIT Laboratory for Computer Science (MIT LCS) aux États-Unis. Les services fournis par le Consortium se composent de :

  • la constitution et la mise à disposition d’informations concernant le World Wide Web à destination des développeurs et des utilisateurs ;
  • la mise en oeuvre de logiciels permettant d’incorporer et de promouvoir les standards ;
  • la mise en place de diverses applications prototypes visant à démontrer l’utilisation des nouvelles technologies.

www.w3c.org

 

WAN

Wide Area Network

Réseau privé de lignes de communication ayant pour mission d’interconnecter entre eux de façon permanente des réseaux locaux situés sur des sites différents ou distants. Ces services d’interconnexions sont généralement fournis par un opérateur de télécommunication.

 

Whois

Contraction de « who is ? », littéralement « qui est ? »

Le service Whois est un moteur de recherche spécifique à une base de données des noms de domaine. Aussi appelé annuaire Whois, il est mis à disposition par le registre (le gestionnaire du TLD). L’annuaire Whois publie les contacts associés au nom de domaine ou à l’adresse IP (contact administratif, technique, éventuellement facturation).

Exemple : Whois de l’Afnic pour les noms de domaine en .fr, .re, .yt, .wf, .pm et .tf :
Le service Whois de l’Afnic permet d’effectuer des recherches sur les bases de données des noms de domaine se terminant par .fr, .re, .tf, .yt, .pm et .wf. Le résultat de la recherche est une fiche indiquant le nom du titulaire, la date d’expiration du nom de domaine, ainsi que les coordonnées administratives et techniques désignées par le titulaire. Afin de protéger la vie privée, les informations concernant les particuliers sont en diffusion restreinte.

 

WIPO

World Intellectual Property Organization

Voir : OMPI.

 

Zone

Un domaine peut être divisé en plusieurs zones, chaque zone étant séparée par un point (« . ») et gérée par des serveurs qui lui sont propres.

Par exemple, « gouv.fr » est une zone du domaine « .fr »

Voir aussi : DNS.

 

Zonemaster

Zonemaster est un outil créé dans le but d’aider au diagnostic de la configuration d’une zone DNS.

Zonemaster est un projet conjoint entre l’Afnic (multi-registre français de ccTLD .fr, .re, .pm, .tf, .wf, .yt et de gTLD .paris, …) d’une part et IIS (le registre suédois des ccTLD .se et .nu) d’autre part.

https://zonemaster.net