Actualités Actualités

L'AFNIC et les wildcards (jokers)

Accueil > Observatoire & ressources > Actualités > L'AFNIC et les wildcards (jokers)
Le 18/09/03

Saint Quentin en Yvelines, le 18 septembre 2003

La question a souvent été posée de la légitimité
des jokers dans une zone DNS (Domain Name System) comme .fr.
Ces jokers permettent, à une question sur un domaine non-existant, de répondre en donnant par exemple une
adresse IP où un serveur web répond, avec un moteur de recherche,
des publicités, etc.

Ces jokers sont techniquement acceptables et normalisés dans le RFC
1034. Dans une zone finale, par exemple nic.fr ou bien exemple.com, ils ne posent
aucun problème particulier, chaque gérant de zone étant
libre de peupler sa zone comme il l’entend, vue la nature décentralisée
du DNS.

Mais dans une zone de délégation, comme .fr ou .re,
de tels jokers sont inacceptables  ils permettent en effet de détourner
tout le trafic web en cas de simple faute de frappe, de recevoir des courriers
qui ne vous étaient pas destinés, de rendre inopérants
les logiciels de vérification de la zone et d’une manière générale
d’accroitre la confusion des utilisateurs, dont le logiciel ne peut plus distinguer
si un domaine a réellement été délégué ou pas.

Les jokers représentent un abus de pouvoir caractérisé
de la part du registre qui les mettrait en oeuvre dans une zone de délégation
(comme un TLD, Top-Level Domain).
L’AFNIC ne créera donc pas de tels jokers dans .fr ou .re*.

*Attention : l’AFNIC s’engage à ne pas utiliser ce procédé
sous .fr et sous .reet dans les sous-domaines publics dont elle est administrativement
responsable (c’est-à-dire : .fr, .asso.fr, .com.fr, .nom.fr, .prd.fr,
.presse.fr et .tm.fr et .re, .asso.re, .nom.re).

Pour les sous-domaines sectoriels (.gouv.fr, .medecin.fr, .avocat.fr…),
la décision d’utiliser ou non ce procédé revient aux autorités
responsables dudit secteur d’activité et nullement à l’AFNIC.