Retour à la liste

Nouveau dossier thématique .Fr Lock

29 juin 2017

En 2015, l’Afnic lançait .Fr Lock, un service de verrouillage (registry lock) pour lutter contre les risques de « hijacking»...

 

En 2015, l’Afnic lançait .Fr Lock, un service de verrouillage (registry lock) pour lutter contre les risques de « hijacking» - attaque où un assaillant parvient à prendre le contrôle d’un nom de domaine, lui permettant d'y mettre les données de son choix.

Ce nouveau dossier thématique est l’occasion de faire un premier bilan après 2 ans de mise en service. Au travers des exemples concrets de cyberattaques récentes liées à des détournements de noms de domaine, il démontre l’importance de verrouiller les noms de domaine les plus sensibles.

Les détournements de noms de domaine font rarement la une de la presse contrairement aux attaques par déni de service (DDOS) mais les risques sont tout aussi présents et les conséquences coûteuses.

Les solutions de type registry lock ont prouvé leur efficacité pour réduire ces risques. Toutefois, leur adoption par les titulaires de noms de domaine demande du temps et de la pédagogie comme en témoigne le bureau d’enregistrement Nameshield, qui a accepté de nous faire part de son expérience.

Découvrez dans ce dossier thématique les leviers à identifier et les solutions possibles :

 

Téléchargez le dossier thématique .Fr Lock

 

 

Read this page in English Haut de page

A propos de l'AFNIC

Créée en 1997, l’Afnic (Association Française pour le Nommage Internet en Coopération), est une association à but non lucratif. Désignée par l'État pour gérer les noms de domaine en .fr, elle en assure la promotion auprès des entrepreneurs et des particuliers. Gestionnaire historique avec plus de 3 millions de noms de domaine en .fr à ce jour, elle se positionne également comme fournisseur de solutions techniques et de services de registre : elle accompagne ainsi 14 projets de nouveaux domaines Internet de premier niveau dont le .paris et le .bzh. L’Afnic est implantée à Saint-Quentin en Yvelines : 80 personnes travaillent ainsi à ce bien commun qu’est l’Internet français.