Lancement des nouveaux TLD : la loi des 50/50 est-elle vérifiée ?

Juin 2014

Une « loi » répandue parmi les spécialistes du marché des noms de domaine prétend que le nombre de noms de domaine enregistrés à l’issue du 1er jour de l’ouverture générale d’un TLD (Top Level Domain) représente 50 % du stock que le TLD atteindra à la fin de son 1er mois d’ouverture, et que ce dernier chiffre représentera 50 % du stock à la fin de la 1ère année. Test en grandeur nature.

 

 Au 1er juin 2014, 46 nouveaux TLD avaient réalisé leur « ouverture générale » depuis plus d’un mois tout en ayant dépassé les 5 000 noms en stock (quoique arbitraire, ce seuil permet de limiter des variations trop fortes dues à des volumes trop faibles).

Nous nous sommes penchés sur leurs performances, fournies par ntldstats.com, pour vérifier le 1er terme de la « loi » : le stock obtenu à la fin du 1er jour d’ouverture représente-t-il vraiment 50 % du stock à la fin du 1er mois ?

La réponse est paradoxale

Le graphique ci-dessous prouve en effet que la dispersion est forte et que la « loi » n’a véritablement été respectée que par une minorité des 46 TLDs étudiés :

Ecarts entre le stock réalisé et le stock théorique

  • Pour être précis, 33 % des TLD étudiés se situent dans un écart à leur stock « théorique » compris dans l’intervalle [-10 % +10%], 59% des TLD se situent dans l’intervalle [-20 %, +20 %] et 93 % dans l’intervalle [-50 % +50 %].
  • On note d’ailleurs que les trois TLD ayant réalisé des performances exceptionnelles ont tous les trois dépassé leur objectif théorique de plus de 50 %. Il s’agit des .guru (+51 %), .uno (+55 %) et .holdings (+70 %). Il est probable que le .club rejoindra ce « tiercé » dès qu’un mois sera passé depuis son ouverture générale.
  • À l’inverse, sept TLD en « queue de peloton » semblent avoir sérieusement « décroché » par rapport à leur trajectoire théorique.
  • Ces contrastes très forts dissimulent pourtant une autre réalité prouvant que la « loi » n’est pas si erronée qu’on pourrait le penser. La moyenne des écarts est en effet de -1,1 % et la médiane de ceux-ci se situe à -1,6 %.
    Tout se passe donc comme si cette intuition des spécialistes fonctionnait très bien au global, mais en ne pouvant être appliquée qu’à un nombre réduit de TLD, la marge d’erreur augmentant rapidement.

Ce constat empirique ne fait sans doute pas l’affaire des responsables marketing (et financiers) qui voudraient pouvoir disposer de projections les plus fiables possibles. En l’occurrence, cette « loi » semble relativement pertinente jusqu’au moment où les registres peuvent suivre les premières performances quotidiennes de leurs TLD et découvrir s’ils se situent du bon ou du mauvais côté de la trajectoire théorique...

Il restera à réaliser une étude similaire dans un an pour vérifier le second terme de l’affirmation, voulant que le stock un mois après l’ouverture corresponde à 50 % du stock en fin de première année.

 

Read this page in English Haut de page