Retour à la liste

Dossier thématique : Peut-on casser l’Internet ?

27 novembre 2017

L’Afnic explore la question de la possibilité d’une panne générale de l’Internet et les solutions pour améliorer sa résistance.

 

Après avoir exploré des questions de sécurité notamment liées au protocole DNS et aux risques de détournement de noms de domaines dans de précédentes publications, l’Afnic s’intéresse à une épineuse question : Est-il possible de casser l’Internet ? Son fonctionnement peut-il être interrompu pendant une période plus ou moins longue, suite à une attaque délibérée, ou à une panne accidentelle ?

Ce dossier thématique se propose de répondre à cette vaste interrogation, notamment en redéfinissant ce qu’est l’Internet et ses éléments les plus cruciaux et potentiellement soumis aux attaques que sont les routeurs et le protocole DNS. Il revient également sur des exemples récents d’incidents spectaculaires et leurs conséquences.

Enfin, plutôt que de répondre catégoriquement à une question restant purement théorique, ce dossier thématique propose des pistes de réflexion et d’action pour améliorer la résistance (tenir face aux attaques) et la résilience (repartir après une crise) de l’Internet.

couverture du dossier thématique afnic peut on casser l'internetTélécharger le Dossier Thématique Afnic "Peut-on casser l'Internet ?"

 

 

Read this page in English Haut de page

A propos de l'AFNIC

Créée en 1997, l’Afnic (Association Française pour le Nommage Internet en Coopération), est une association à but non lucratif. Désignée par l'État pour gérer les noms de domaine en .fr, elle en assure la promotion auprès des entrepreneurs et des particuliers. Gestionnaire historique avec plus de 3 millions de noms de domaine en .fr à ce jour, elle se positionne également comme fournisseur de solutions techniques et de services de registre : elle accompagne ainsi 14 projets de nouveaux domaines Internet de premier niveau dont le .paris et le .bzh. L’Afnic est implantée à Saint-Quentin en Yvelines : 80 personnes travaillent ainsi à ce bien commun qu’est l’Internet français.