Retour à la liste

Les géoTLDs français dynamisent le marché des noms de domaine

Communiqué de presse

3 décembre 2015 -

Lancées il y a un an, les nouvelles adresses Internet relatives au territoire français (.paris, .bzh, etc.) font désormais partie du paysage numérique hexagonal.

Parce qu’elles illustrent le dynamisme économique et culturel des territoires, mais aussi l’expression des liens affectifs qui relient chacun d’entre nous avec une ville ou une région française, elles positionnent la France en tête des nations européennes en matière d’innovation sur le marché des noms de domaine.

Les geoTLDs français

La France, second acteur européen des nouvelles extensions géographiques

Avec 4 projets d’ampleur à son actif (.paris, .bzh, .alsace et .corsica), la France est, avec l’Allemagne et le Royaume-Uni, un des leaders mondiaux de ces extensions. La particularité française est d’autant plus intéressante que nos géoTLDs ne sont pas issus d’une organisation fédérale comme on peut en trouver en Allemagne ou au Royaume-Uni (.wales, .ruhr, etc.). Ils sont le fruit d’une volonté politique d’affirmation d’un territoire dans le contexte d’une concurrence qui se veut aujourd’hui internationale. Ainsi, des créateurs, des associations et des entreprises se sont déjà saisis de cette opportunité pour exprimer leur attachement à ces lieux et bénéficier de leur aura sur le plan économique.

« En tant qu’opérateur technique de registre Internet, l’Afnic a construit son offre autour de deux idées-forces : la proximité et l’accompagnement des acteurs français pour leur permettre de jouer un rôle de premier plan. Le succès des géoTLDs français illustre parfaitement notre démarche. » Mathieu Weill, Directeur général de l’Afnic.

Les géoTLDs, une « passion française » ?

Alors que les débats autour du .vin et du .wine ont animé la réflexion sur les nouvelles extensions depuis plus d’un an, le succès des extensions géographiques françaises peut être lu comme une expression par les Français de leur attachement à l’origine géographique des produits et services. Elles signalent le lien avec un lieu, un territoire, un terroir et utilisent cette origine comme un attribut positif et rassurant.

Déjà des usages concrets

La Tour Eiffel (toureiffel.paris), le chanteur Yann Tiersen (yanntiersen.bzh), la brasserie Pietra (brasseriepietra.corsica) ou encore le service innovant d’e-mails sécurisés et protégeant la vie privée @email.alsace (www.email.alsace) illustrent la diversité des acteurs qui s’emparent des nouvelles extensions Internet. C’est par les usages que ces adresses s’imposeront au fur et à mesure. Loin des volumes affichés par certaines nouvelles extensions dont l’usage effectif reste encore à démontrer, les géoTLDs français construisent, avec leurs communautés, un nouvel espace numérique français, riche de sa diversité économique, culturelle et linguistique.

Témoignages 

«  La Bretagne est aujourd’hui, avec 43000 emplois, la deuxième région pour le numérique en France. Elle a vu naître sur son territoire le Minitel, le mp3 et l’ADSL. Classé parmi les nouvelles extensions internet les plus qualitatives, le .bzh s’inscrit dans cette tradition d’excellence numérique et constitue un formidable outil de communication pour faire rayonner la Bretagne, ses acteurs socio-économiques ou sa culture sur la toile mondiale. Des acteurs de référence comme le Conseil régional de Bretagne, le réseau d’entreprises “Produit en Bretagne“, le Festival Interceltique de Lorient ou encore le Stade Brestois 29 communiquent ainsi naturellement avec l’extension régionale .bzh. Adopté par des acteurs de tous secteurs d’activité et de toute taille, le .bzh  devient peu à peu le point commun numérique d’une Bretagne dynamique et ouverte sur le monde. » David Lesvenan, Président de l’Association www.bzh

« Le point Corsica est le symbole de l’attachement numérique aux valeurs économiques, sociales et culturelles de la Corse. La Collectivité Territoriale de Corse a développé un programme ambitieux afin d’accompagner pleinement le développement de l’identité numérique de la Corse grâce notamment à l’engagement de ses ‘Imbasciatori’, les pionniers de cette nouvelle extension. » déclare Eric Ferrari, Chef du Service du Développement Technologique de la Collectivité Territoriale de Corse qui pilote le .corsica

« Nous construisons la vie numérique de demain des Alsaciens, des entreprises alsaciennes et des acteurs publics. Nous avons à cœur de développer les usages et soutenir les projets innovants, mais aussi de mettre en valeur le patrimoine, la culture, l’histoire et les traditions qui font l’Alsace. Le .alsace est soutenu par un socle de valeurs fortes. » Benjamin Louis, chef de projet .alsace

Événement à venir 

  • 16 janvier 2016 - Ouverture générale du .corsica

En savoir plus

 
 
 
Read this page in English Haut de page

A propos de l'AFNIC

L’Afnic est l’Association Française pour le Nommage Internet en Coopération. Elle est l’office d’enregistrement désigné par l’État pour la gestion des noms de domaine en .fr. L'Afnic gère également les extensions ultramarines .re (Île de la Réunion), .pm (Saint-Pierre et Miquelon), .tf (Terres australes et antarctiques Françaises), .wf (Wallis et Futuna) et .yt (Mayotte).
Outre la gestion des extensions françaises de l'internet, le rôle de l'Afnic s’inscrit dans une mission d’intérêt général plus large, qui consiste à contribuer au quotidien, grâce aux efforts de ses équipes et de ses membres, à un internet sûr et stable, ouvert aux innovations et où la communauté internet française joue un rôle de premier plan. Ainsi, l’Afnic, association à but non lucratif, reverse 90 % de ses bénéfices à sa Fondation pour la solidarité numérique. L’Afnic est également l’opérateur technique de registre d’entreprises et collectivités ayant choisi d’avoir leur propre extension, telle que .paris, .bzh, .alsace, .corsica, .mma, .ovh, .leclerc ou .sncf.
Fondée en 1997 et basée à Saint-Quentin-en-Yvelines, l’Afnic compte aujourd'hui 80 collaborateurs.