Le .fr reste l’extension la mieux valorisée sur le 2d marché des noms de domaine

Mars 2013

 

 

Le prix médian des noms de domaine en .fr échangés sur le second marché au moyen de la plateforme Sedo s’est établi à 761 € en 2012, en légère progression sur un an (+1 %). L’extension européenne .eu a vu son tarif médian fortement augmenter entre 2011 et 2012 (près de 150 %), sans toutefois atteindre le niveau de valorisation du .fr. Les autres extensions connaissent des évolutions de prix limitées, à la hausse (+8 % pour le .com, +7 % pour le .org) ou à la baisse (‑12 % pour le .info, ‑4 % pour le .uk). Quant à l’extension espagnole .es, ses tarifs ont été pratiquement divisés par deux en 2012 (de 600 à 305 €), conséquence probable des graves difficultés économiques rencontrées par le pays.

 

Le tarif médian de l’ensemble des échanges réalisés sur Sedo en 2012, toutes extensions confondues, s’établit à 461 €. Plus de la moitié des transactions correspondent à des tarifs inférieurs à 500 € (54 %), et près de 90 % des noms s’échangent à moins de 2500 €. Ces noms les plus abordables sur le second marché correspondent fréquemment à des combinaisons de deux termes, ou à un terme générique sous une extension nationale. À l’inverse, 5 % des noms de domaine se sont échangés à des tarifs supérieurs à 5000 €, et 1 % d’entre eux ont même coûté plus de 50 000 € à l’acheteur. Il s’agit souvent de termes génériques possédant une forte valeur intrinsèque, par exemple lorsqu’ils peuvent être utilisés pour identifier un site web de portée internationale. Si l’extension .com reste très présente dans le top 10 des ventes les plus chères (six noms de domaine), les extensions nationales y étaient cependant bien représentées en 2012 avec les deux premiers noms du classement en termes de tarifs d’échange : « webhosting.co.uk » (500 000 $) et « hoteles.es » (275 000 €).

 

L’étude du tarif moyen des ventes par extension permet d’affiner les informations données par le seul tarif médian. Le .com occupe cette fois‑ci la première place des extensions en termes de prix moyen à 1668 €, et le .fr se trouve en sixième position à 1423 €. Il semblerait ainsi que, si l’extension française reste la plus chère sur le second marché concernant le prix médian des transactions réalisées, les tarifs extrêmes soient cependant plus mesurés en .fr qu’avec d’autres extensions telles que le .com, conduisant à des prix moyens inférieurs.

 

 

 

Concernant le nombre de transactions réalisées en 2012 sur la plateforme Sedo, le .com conserve largement la tête avec presque la moitié des noms échangés (48 %, en hausse de 4 points par rapport à 2011). L’extension allemande .de reste toujours très dynamique (15 % des transactions), mais en léger repli sur un an (‑3 %). Les autres extensions génériques et nationales représentent chacune moins de 6 % des échanges. Le .fr, dont les conditions d’enregistrement ont été assouplies plus tardivement que d’autres extensions et qui a donc fait son apparition sur le second marché plus récemment, représente moins de 1 % des échanges réalisés sur Sedo en 2012.

 

De manière générale, le second marché a connu un repli en 2012 : ‑9 % pour le nombre de transactions et ‑13 % pour le volume total de ventes sur la plateforme Sedo. La baisse est d’ailleurs plus marquée sur les deux derniers trimestres de l’année. À titre de comparaison, rappelons que le marché global des noms de domaine a, pour sa part, progressé de 7 % en 2012, aussi bien pour les extensions génériques que pour les extensions nationales hors Chine.

 

Cette baisse du second marché en volume d’échanges pourrait être liée à une attitude prudente des professionnels du secteur, impactés par la dégradation de la situation économique et par la baisse de rentabilité des activités de parking des noms de domaine mis en vente. Il est également possible qu’un certain nombre d’acteurs présents sur le second marché soient en attente de l’ouverture des nouvelles extensions génériques mise en œuvre par l’ICANN et qui pourrait avoir lieu à partir de juin 2013. Cette possible phase d’attentisme aurait ainsi entraîné une érosion des transactions réalisées, qui pourrait alors prendre fin au moment de l’ouverture effective des nouveaux TLD génériques.

 

D’après les informations du site Domain Journal, deux noms de domaine se sont échangés en 2012 pour des tarifs à sept chiffres : « investing.com » (2 450 000 $) et « personalloans.com » (1 000 000 $), suivis par « silver.com » (875 000 $). Le domaine « webhosting.co.uk » vendu pour 500 000 $ en octobre 2012 se classe à la quatrième position ex aequo toutes extensions confondues et à la première position des extensions nationales. Les secteurs de la finance, des jeux en ligne et des technologies web sont fortement représentés dans les premières transactions du classement.

 

A l’instar du nombre de transactions et du volume de ventes, les prix extrêmes sont également en baisse en 2012 : le prix moyen chute de 21 % pour le top 100 général et de 6 % pour le top 100 des extensions génériques. L’extension .com reste largement majoritaire parmi les noms de domaine les plus chers (83 domaines dans le top 100). Enfin un nom de domaine en .fr fait partie du top 100 des transactions les plus chères pour les extensions nationales en 2012 : « action.fr » échangé pour 20 000 € en janvier 2012.

Read this page in English Haut de page