Les dynamiques régionales sous .fr

Juillet 2015

Entre 2010 et 2015 s’est produit un phénomène de rattrapage spectaculaire des régions les moins équipées en termes de nombre de .fr pour 1000 habitants, ce ratio étant passé de 28 à 41.

 

L’étude de la répartition des noms de domaine déposés en .fr par région du titulaire, croisée aux statistiques de population fournies par l’INSEE, permet d’évaluer le taux de pénétration du .fr par zone géographique exprimé en .fr pour 1000 habitants. L’analyse de l’évolution constatée entre 2010 et 2015 fait apparaître des phénomènes inattendus.

Le tableau 1 montre que le taux de pénétration est passé de 28 .fr pour 1000 habitants en 2010 à 41 en 2015, soit une progression de 51 % de l’indice pour la France métropolitaine.

 Nombre de .fr pour 1000 habitants par région, 2010 et 2015

 Tableau 1 : nombre de noms de domaine en .fr pour 1000 habitants, par région, 2010 et 2015

 

Le classement des régions par taux de pénétration reste globalement inchangé : PACA prend la 3e place à Rhône-Alpes mais l’écart entre les deux régions reste symbolique. La première place reste acquise à l’Île de France, suivie par un « peloton » de trois régions aux taux de pénétration supérieurs à 40 .fr pour 1000 habitants (Midi-Pyrénées, Rhône-Alpes, PACA). La Picardie, avec 21 .fr pour 1000 habitants, est en queue de liste, mais seulement devancée de peu par la Haute Normandie, la Champagne-Ardennes et le Limousin.

En revanche, l’étude des performances relatives en termes de progression fait apparaître une dynamique de rattrapage significative dans des régions telles que l’Auvergne, les Pays de Loire, la Franche-Comté ou la Basse – Normandie. Ces régions rurales voient leurs taux de pénétration progresser beaucoup plus, en performance relative, que les régions situées en tête de liste (Île de France à 38 %, Midi-Pyrénées à 37 % contre 80 % pour l’Auvergne ou 73 % pour les Pays de Loire).

 

Performances relatives des régions métropolitaines (2010-2015)

Figure 1 - Performances relatives des régions métropolitaines (2010-2015)


Le ratio représenté dans ce tableau est calculé en rapportant la progression de chaque région à la moyenne nationale (France métropolitaine).
Une valeur supérieure à 1 reflète une performance supérieure à la moyenne globale.

 

Bien que le « classement » reste pratiquement inchangé entre 2010 et 2015, on constate donc que les régions qui étaient à la traîne en 2010 ont connu un effet de rattrapage, leurs habitants et entreprises se connectant à un rythme accéléré par rapport à des régions qui, en 2010, jouissaient déjà de taux de connexion à Internet élevés.

Enseignements

On peut tirer quelques enseignements de ces constats :

  • en premier lieu, le potentiel reste fort car avec moins de 50 .fr pour 1000 habitants, il existe encore une forte proportion de particuliers et d’entreprises qui ne se sont pas équipés en .fr. Ce raisonnement reste valable pour l’ensemble du marché des noms de domaine en France. La part de marché du .fr étant d’environ 36 % début 2015, le ratio global de taux de pénétration des noms de domaine en France métropolitaine – toutes extensions confondues - s’établit aux alentours de 115 noms de domaine pour 1000 habitants, contre 181 pour le .de en Allemagne (données DENIC). Le taux de pénétration des noms de domaine dans leur ensemble en France est donc inférieur d’un bon tiers au seul .de en Allemagne ;
  • en second lieu, les cinq années de 2010 à 2015 ont vu une progression spectaculaire du nombre de .fr pour 1000 habitants malgré un contexte économique morose. Ce seul fait tend à prouver que l’Internet et les noms de domaine se sont fortement ancrés dans les usages et que la progression a de bonnes chances de se poursuivre à mesure que se développeront les activités de commerce électronique et que les particuliers s’approprieront les bénéfices apportés par l’utilisation d’un nom de domaine en .fr ;
  • les régions autrefois les plus à la traîne en termes d’appropriation de l’Internet sont aujourd’hui les plus dynamiques pour compenser leur relatif retard. Cette dynamique est prometteuse et source de nouveaux marchés pour les différents prestataires Internet.
Read this page in English Haut de page