Actualités Actualités

Une étape de plus vers le déploiement de la prochaine génération du protocole internet : IPv6

Accueil > Observatoire & ressources > Actualités > Une étape de plus vers le déploiement de la prochaine génération du protocole internet : IPv6
Le 12/02/08

Communiqué de presse conjoint AFNIC & RENATER
Saint Quentin en Yvelines, le 12 février 2008

 

L’ICANN a annoncé le 4 février 2008 que 6 des 13 serveurs racine
du DNS (les serveurs A, F, H, J, K, M) ont vu leur adresse IPv6 publiée.

L’ICANN veut signifier ainsi à la communauté des internautes que le moment de la transition
vers la nouvelle version du protocole IP (IPv6 ) est proche.

Cette évolution importante et attendue de longue date va permettre d’intensifier l’usage d’IPv6 pour la résolution des noms
utilisés par les applications internet (requêtes DNS -Domain Name System-).
Désormais, si le TLD (Top Level Domain) a lui aussi des serveurs de noms accessibles en IPv6 et si les autres serveurs de
noms consultés sont également accessibles en IPv6, une machine uniquement IPv6 pourra désormais utiliser le
DNS directement, c’est-à-dire sans passer par un relais.
De nombreuses zones en France et dans le monde sont déjà prêtes pour IPv6 : renater.fr, nic.fr, switch.ch, …

En France, RENATER et l’AFNIC ont été parmi les pionniers pour la mise en oeuvre d’IPv6

RENATER offre depuis 2002 des services IPv6 et depuis 2004, héberge sur son point d’échange SFINX
(Service for a French Internet eXchange)
un réplicat des serveurs F et M de la zone racine du DNS. Ces serveurs supportent les requêtes DNS IPv6 et bénéficient non
seulement à la communauté enseignement, recherche en France et en Europe
(via GÉANT) mais également à tous
les opérateurs et prestataires présents sur le point d’échange de RENATER.

L’AFNIC en intégrant IPv6 dans son système de production, permet ainsi sa prise en compte dans les opérations
d’enregistrement de noms de domaine sous .fr et .re.
Depuis novembre 2001, l’AFNIC opère un serveur de noms, « ns3.nic.fr », qui supporte IPv6 en natif et offre le service de résolution pour
les domaines sous .fr et .re. Ce serveur est situé sur le SFINX, point d’échange parisien géré par RENATER.

Ce support d’IPv6 dans la résolution DNS a été étendu à d’autres serveurs gérés par l’AFNIC. Grâce à son raccordement au
réseau IPv6 de RENATER, il offre aux fournisseurs d’accès présents sur le SFINX ainsi qu’au reste de l’internet,
une complète visibilité en IPv4 et en IPv6 des zones fr et re.

La France (.fr) est ainsi la deuxième extension locale au monde, après le Japon (.jp), à supporter IPv6 en natif.

En savoir plus sur…

…Le DNS (Domain Name System).

Le DNS est un service de base de l’internet. Il s’agit de l’ensemble des mécanismes qui permettent à partir du nom d’une machine
de retrouver son adresse internet (on dit « résoudre un nom »).

Pratiquement toute application internet, à un moment ou à un autre, va interroger le DNS (Domain Name System).
Ce service est un gigantesque annuaire, qui sert à traduire les noms de domaines comme www.afnic.fr en adresses IP, une
suite de chiffres comme 2001:660:3003:2::4:20, à trouver le serveur de courrier d’un domaine, à trouver les serveurs de
messagerie instantanée d’un domaine, et à bien d’autres choses.

Si le DNS est largement invisible de l’utilisateur final, il représente en pratique une part quasi-indispensable de
l’infrastructure de l’internet. Une seule page web peut nécessiter une dizaine d’appels au DNS.
Le DNS fonctionne par un mécanisme client-serveur. Le client utilise le protocole IP pour interroger un serveur
DNS, un serveur de noms. Comment trouve t-il un serveur ? Il demande d’abord aux serveurs de la racine
(douze opérateurs gèrent une centaine de sites physiques où se trouvent ces serveurs) qui le redirigent vers les serveurs
des TLD (Top-Level Domain, par exemple l’AFNIC gère les serveurs du TLD .fr, qui identifie la France), qui le redirigent
à leur tour vers les serveurs du domaine considéré (par exemple cnrs.fr s’il cherche quelque chose au CNRS).

À propos du GIP RENATER

Le GIP RENATER est maitres d’ouvrage du réseau RENATER qui fournit à plus de 1000 sites une connectivité
nationale et internationale à très haut débit.
L’infrastructure du réseau est constituée de liaisons nationales reliant des points de présence en région et dans les DOM-TOM.
À l’international, le réseau RENATER est relié aux autres NRENs (National Research and Education Network) européens via le réseau
GÉANT qui est utilisé par plus de 3 millions de chercheurs de 34 pays à travers l’Europe.
Le GIP RENATER assure également, depuis 1995, la maîtrise d’ouvrage du SFINX point d’échange de trafic internet entre
prestataires de services internet ou opérateurs de télécommunications.
Une copie anycast du serveur racine F géré par l’ISC (États-Unis) et du serveur racine M géré par WIDE (Japon) sont hébergées sur le SFINX .
En savoir plus.
Contact presse : Virginie Blanquart – Tél. : 01 53 94 20 90

À propos de l’AFNIC

(Association Française pour le Nommage Internet en Coopération)

Association à but non lucratif, l’AFNIC est l’organisme chargé de la gestion administrative et technique des noms de domaine
.fr et .re, suffixes internet correspondant à la France et à l’Île de la Réunion.
L’AFNIC est composée d’acteurs publics et privés : représentants des pouvoirs publics, utilisateurs et prestataires de services
Internet (bureaux d’enregistrement).
En savoir plus.

A propos de l'Afnic

L’Afnic est l’Association Française pour le Nommage Internet en Coopération. Elle est l’office d’enregistrement désigné par l’État pour la gestion des noms de domaine en .fr. L’Afnic gère également les extensions ultramarines .re (Île de la Réunion), .pm (Saint-Pierre et Miquelon), .tf (Terres australes et antarctiques Françaises), .wf (Wallis et Futuna) et .yt (Mayotte).

Outre la gestion des extensions françaises de l’internet, le rôle de l’Afnic s’inscrit dans une mission d’intérêt général plus large, qui consiste à contribuer au quotidien, grâce aux efforts de ses équipes et de ses membres, à un internet sûr et stable, ouvert aux innovations et où la communauté internet française joue un rôle de premier plan. Ainsi, l’Afnic, association à but non lucratif, reverse 90 % de ses bénéfices à sa Fondation pour la solidarité numérique. L’Afnic est également l’opérateur technique de registre d’entreprises et collectivités ayant choisi d’avoir leur propre extension, telle que .paris, .bzh, .alsace, .corsica, .mma, .ovh, .leclerc ou .sncf.

Fondée en 1997 et basée à Saint-Quentin-en-Yvelines, l’Afnic compte aujourd’hui 80 collaborateurs.