Le marché des .FR, un processus de concentration continu depuis 2006

Septembre 2013. Un taux de concentration tiré par le nombre croissant de particuliers sous .fr

  • L'Afnic étudie deux taux de concentration de son marché, calculés respectivement sur les parts de marché des 10 premiers bureaux d'enregistrement en termes de créations (enregistrements de nouveaux FR) et en termes de stock (nombre total de FR gérés par un bureau d'enregistrement à la date T).
  • L'historique sur le taux de concentration en termes de stock est le plus ancien ; il permet de situer trois grandes phases de la vie du .FR.
  • La première phase (1998-2004) voit un marché faiblement concentré où la plupart des acteurs sont encore en émergence; le taux tend à stagner.
  • La seconde phase (2004-2006) débute avec l'abandon du "droit au nom" en mai 2004, ceci permettant aux entreprises de ne plus avoir à justifier de leurs droits sur un nom de domaine pour pouvoir le déposer. Le marché s'accélère en volumes et voit le taux de concentration baisser significativement, cette ouverture profitant à la plupart des bureaux d'enregistrement.
  • La troisième phase (2006-2013) commence avec l'ouverture du .FR aux particuliers, qui voit le taux de concentration augmenter du fait de l'afflux des demandes des particuliers auprès d'un nombre restreint de bureaux d'enregistrements.
  • Le taux de concentration en termes de créations est plus élevé que celui des stocks, ce phénomène étant toujours lié aux particuliers. Le processus d'accréditiation mené fin 2011 - début 2012 n'a ainsi eu aucun impact significatif sur le taux de concentration des créations.
  • Ceci s'explique par le fait que les bureaux d'enregistrement ayant renoncé à leur statut étaient en général d'une taille relativement modeste, limitant d'autant l'impact global de l'accréditation.
Read this page in English Haut de page