Actualités Actualités

Rôle du gouvernement US sur la gestion de l'Internet : l'Afnic répond à l'ICANN

Accueil > Observatoire & ressources > Actualités > Rôle du gouvernement US sur la gestion de l'Internet : l'Afnic répond à l'ICANN
Le 12/05/14

Suite à la demande du gouvernement américain, le 14 mars dernier, l’ICANN a commencé à organiser la discussion pour élaborer une proposition de supervision des fonctions IANA (Internet Corporation for Assigned Names and Numbers) d’ici à septembre 2015.

Pour mémoire ces fonctions concernent la gestion opérationnelle de la racine de l’Internet, l’attribution des blocs d’adresses IP et des numéros AS (Autonomous System) aux registres Internet régionaux (RIR) et la coordination des protocoles internet avec l’IETF.

Dans sa réponse, l’Afnic rappelle que le processus de transition doit concerner la supervision de l’ensemble des fonctions IANA, et non pas seulement la fonction de gestionnaire des enregistrements dans la zone racine, comme cela semble être évoqué par l’ICANN. De plus, l’Afnic rappelle qu’un contrat existe entre le gouvernement américain et la société Verisign pour la publication des changements dans la zone racine de l’Internet, et que ce contrat, même s’il n’est pas explicitement cité dans le communiqué de la NTIA (Agence nationale des télécommunications et de l’information des États-Unis), devrait être discuté à l’occasion de ce processus.

L’Afnic exprime son attachement à un Internet sûr et stable, et suggère d’utiliser les résultats de la réunion de Sao Paulo pour s’assurer que la transition débouche sur un mécanisme solide, durable, et où les responsabilités de chacun sont garanties par un contrôle et une évaluation extérieure et indépendante. Cette recommandation s’applique, du point de vue de l’Afnic, à l’ensemble des parties-prenantehttps://www.afnic.fr/fr/ressources/blog/que-retenir-de-netmundial-1.htmls participant à la gestion opérationnelle de la racine de l’Internet, dont l’ICANN.

Enfin, l’Afnic souscrit à la nécessité de mettre en place rapidement un groupe de direction du processus, afin de coordonner et synthétiser les contributions qui viennent du monde entier. En revanche, elle s’oppose à ce que les membres de ce groupe soient validés par le conseil d’administration de l’Icann, et rappelle que toutes les parties prenantes, notamment les offices d’enregistrement nationaux en charge des extensions Internet nationales, ont leur propres mécanismes de coordination, et sont représentés à la fois par leurs organisations régionales ( le CENTR, pour l’Afnic et ses homologues européens, qui a lui-même publié une contribution au format [PDF]) et le ccNSO au niveau de l’Icann elle-même.

La contribution de l’Afnic sera soumise à la discussion lors d’un comité de concertation extraordinaire de l’Association, ouvert à tous, qui se déroulera le 26 mai prochain.

 

En savoir plus