marché mondial des ndd

Le marché des noms de domaine dans le monde en 2020

Accueil > Observatoire & ressources > Actualités > Le marché des noms de domaine dans le monde en 2020
Le 17/06/21

L’Afnic publie son étude annuelle sur le marché des noms de domaine dans le monde. Panorama des tendances globales et analyse des mécanismes à l’œuvre durant la crise sanitaire.

Le marché mondial des noms de domaine comptait environ 349 millions de noms de domaine à fin décembre 2020, en croissance de 1,3 % vs 4,7 % en 2019, répartis entre :

  • 155 millions de .com et 32 millions d’autres Legacy TLD (.net, .org, .biz, etc.)
  • 130 millions de ccTLD (extensions pays, correspondant à un territoire ou un pays comme le .fr)
  • 32 millions de nouveaux TLD ou nTLD (geoTLD, extensions de marques et extensions à caractère communautaire et génériques créées après 2012).

Le marché en 2020 – les chiffres clés

Après une hausse continue depuis 2018, la reprise du marché a été cassée net à partir du 2ème trimestre 2020, la croissance annuelle passant de 6,1 % à fin avril, à 1,3 % à fin décembre.

Avec 155 millions de noms, le .com reste le poids lourd, et augmente sa part de marché avec +4,4 % de croissance. Les 17 autres legacy TLD continuent de perdre du stock même si cette baisse est plus atténuée qu’en 2019 (-1,8 % en 2020 vs -6 % en 2019).

Les extensions pays (ccTLD) sont stables avec 37 % de part de marché, bien qu’elles affichent une légère perte en stock, -0,9 %. Ces chiffres ne reflètent pourtant pas la réalité vécue par la plupart des registres de ccTLD en 2020, qui fut celle d’une forte augmentation.

Les nTLD perdent 1 % en stock après deux années de forte croissance (+15,4 % en 2018 et +19,2 % en 2019). Ce résultat est principalement dû à deux facteurs : l’arrivée à échéance de nombreux .icu en octobre 2020 et le solde nettement négatif du .top (-1,6 million de noms).

Les ccTLD et la transition numérique

Pris dans leur ensemble, les ccTLD ont perdu 0,9 % en 2020 (vs +4,7 % en 2019).

La majorité des registres de ccTLD ont connu une forte augmentation de leurs créations en 2020 du fait de l’accélération de la transition numérique, notamment des TPE/PME, artisans et commerçants, à l’instar du .fr qui a connu une année exceptionnelle, avec 7 % de croissance et +14% de créations.

Trois grandes extensions ont pourtant été particulièrement affectées par leur exposition aux pratiques du domaining, et leurs variations ont eu un impact décisif sur la performance globale des ccTLD au vu du volume de leur stock : le .cn (Chine) avec -6,6 % et une perte de 1,7 millions de noms, le .tw (Taïwan) avec -53,1 %, et le .uk (Royaume-Uni) avec -16,8 % et une perte de 2,1 millions de noms de domaine.

Le .com, un poids lourd dans la stabilité

Le .com domine par le volume mais aussi par la croissance, c’est le seul legacy TLD qui continue à se développer avec une augmentation des créations de +4 % avec le .org (+3 % en stock et +17 % en création). Cette croissance reste modérée par rapport à celle de la plupart des ccTLD et pourrait s’expliquer par un phénomène de compensation : l’afflux des créations liée à la transition numérique des entreprises ayant été compensé par la baisse de la pratique du domaining.

La performance des nTLD

Les TLD géographiques (geoTLD) enregistrent une croissance de 8 % de leur stock et de 45% de leurs créations et semblent avoir également bénéficié des effets de l’accélération de la transition numérique.

Les nouveaux TLD génériques (gTLD) sont en décroissance de 3%. Ce solde net est essentiellement lié à des variations de grande ampleur dans les deux sens. Il est à noter qu’en 2020, certains gTLD liés à des activités de e-commerce ont logiquement le vent en poupe tels les .shop (+ 131 000 noms), .store (+ 182 000), .online (+437 000).

Les extensions de marque (.marque) ont vu leurs créations presque doubler et leur croissance augmenter de 6%, mais dans le même temps leur taux de maintenance a chuté de 23 points. Les .marque ouverts sont en croissance de 4%, de fortes variations positives ou négatives s’annulant comme pour les gTLD.

Les chiffres des extensions Communautaires présentant des anomalies, nous ne pouvons pas les commenter.

Télécharger l'étude

couverture marché des noms de domaine dans le monde

Télécharger l’étude complète [PDF – 1,46 MB]

A propos de l'Afnic

L’Afnic est l’Association Française pour le Nommage Internet en Coopération. Elle est l’office d’enregistrement désigné par l’État pour la gestion des noms de domaine en .fr. L’Afnic gère également les extensions ultramarines .re (Île de la Réunion), .pm (Saint-Pierre et Miquelon), .tf (Terres australes et antarctiques Françaises), .wf (Wallis et Futuna) et .yt (Mayotte).

Outre la gestion des extensions françaises de l’internet, le rôle de l’Afnic s’inscrit dans une mission d’intérêt général plus large, qui consiste à contribuer au quotidien, grâce aux efforts de ses équipes et de ses membres, à un internet sûr et stable, ouvert aux innovations et où la communauté internet française joue un rôle de premier plan. Ainsi, l’Afnic, association à but non lucratif, reverse 90 % de ses bénéfices à sa Fondation pour la solidarité numérique. L’Afnic est également l’opérateur technique de registre d’entreprises et collectivités ayant choisi d’avoir leur propre extension, telle que .paris, .bzh, .alsace, .corsica, .mma, .ovh, .leclerc ou .sncf.

Fondée en 1997 et basée à Saint-Quentin-en-Yvelines, l’Afnic compte aujourd’hui 80 collaborateurs.